Comment se délimite une zone de baignade surveillée ?

On ne se baigne pas n’importe où. Pour profiter de la mer et des plans d’eau douce en toute sécurité, il est essentiel de respecter les zones de baignade surveillées et sécurisées par des sauveteurs professionnels.
""
Légende
Un nageur sauveteur de la SNSM en surveillance de plage à Bandol © Pierre Paoli

Les zones de baignades surveillées 

Paddle, kite surf, kayak, jet ski, voiliers, ski nautique… Les lacs, plans d’eau artificiels, aménagements nautiques urbains ou plages côtières sont les lieux de nombreuses activités, avec lesquelles celles et ceux qui désirent se baigner ou nager doivent cohabiter. 

Pour en profiter sans risque, ces zones de baignade sont rattachées à un poste de secours et de son personnel qualifié, comme les nageurs-sauveteurs de la SNSM. Elles sont matérialisées côté terre en largeur, et côté mer vers le large.  

Côté terre 

Sur la plage, face à la mer ou au plan d’eau, la largeur des zones de baignade est délimitée par des panneaux blancs sur lesquels est indiqué “limite de baignade surveillée” en bleu foncé. Une flèche précise le côté de la zone surveillée. Selon le lieu, vous pourrez également trouver des piquets équipés d’un drapeau bleu et / ou des fanions supportés par des flotteurs. 

Côté mer 

Côté mer, face à la plage, les zones de baignade sont délimitées au large par de grosses bouées jaunes et rondes, situées à 300 m de la plage. 

Nager au-delà de ces bouées présente de nombreux risques, notamment celui de traverser des couloirs réservés aux autres activités. Les nageurs et nageuses étant peu visibles à la surface de l’eau, ils risquent d’être heurté.e.s par une planche à voile, un kite surf ou blessé.e.s par l’hélice d’un moteur de bateau. Certains endroits présentent également des dangers tels que des épaves, des rochers ou des courants : ils sont signalés par des panneaux indiquant le type de danger. 

Ainsi, si vous souhaitez aller d’une zone de baignade à une autre, passez par la plage et marchez jusqu’à celle-ci. Quoi que vous fassiez, respectez bien les zones réservées à l’activité pratiquée. 

Le poste de secours 

Généralement situé au centre de la zone délimitée, le poste de secours est le lieu à partir duquel les nageurs-sauveteurs de la SNSM surveillent la plage et la baignade. Il sert également de stockage du matériel de secours, de point d'accueil pour les victimes d’incidents (insolation, piqûres des méduses, de vive, malaise, etc.) et de point de communication avec les autres services et personnels de secours (Samu, pompiers, etc.).

Il a enfin pour vocation d’informer le public. Vous y trouverez un panneau indiquant les différentes activités autorisées sur la plage et dans l’eau.

""
Le poste de secours SNSM de Saint-Aubin-sur-Mer © Marianne Cossin

Signalisation des drapeaux 

Même si vous vous baignez dans une zone délimitée et autorisée, vous devez cependant respecter la signalisation des drapeaux :  

  • Drapeau vert : la baignade est surveillée et ne présente pas de danger particulier 
  • Drapeau jaune : la baignade est surveillée mais dangereuse 
  • Drapeau rouge : la baignade est interdite. 

Le drapeau doit être hissé en haut du mât. S’il est baissé, un sauveteur est en cours d’intervention (sauvetage en mer par exemple) et la baignade n’est plus surveillée.  

Il en va de même si aucune flamme n’est hissée sur le mât : le poste de secours n’est alors pas ouvert et il n’y a pas de sauveteur pour assurer la sécurité des baigneurs. 

En leur absence, la baignade se fait à vos risques et périls.